Cité scolaire Pierre Larousse - Toucy 89130

Accueil > Lycéens > EPS > Option EPS > Stage de ski 2005

Stage de ski 2005

samedi 1er octobre 2005

GIBLIN Thomas

BUTTNER Thomas

Compte rendu du stage de ski 2005 Option EPS

Lieu du séjour à la montagne

VACANCIEL

Le Hameau des champs

73270 Arêches-Beaufort-sur-doron

Tél : 04 79 38 11 19

Fax : 04 79 38 15 37

DIMANCHE 6 MARS

Le rendez-vous était fixé à 9h45. Deux cars et un minibus étaient sur le départ. A 10h00, nous -les optionnaires, au nombre de 17- prîmes place dans le minibus, accompagnés de Mme Cêtre et Mlle Lamaud, toutes deux professeurs d’EPS au lycée Pierre Larousse.

Le voyage se déroula agréablement, chacun essayant de se faire une place assez confortable, fait rendu compliqué par l’enchevêtrement de jambes qui obstruait l’allée centrale.
La musique des White Stripes nous accompagna tout au long du voyage, nous berçant, rarement, nous faisant gesticuler, souvent.

Après une pause déjeuner sur l’aire de repos de Beaune, les petits sportifs en herbe reprirent la route, l’estomac un peu moins creux.

Tout le monde était à l’affût des premiers flocons de neige. Et quand le cri de Jean-Baptiste annonçant la première plaque de neige retentit, une effusion de joie emplit le car. Nous redécouvrîmes donc, pour les plus anciens, et avec une joie non dissimulée, Arêches sous la neige à la tombée de la nuit, les plus jeunes se contentant d’observer ce paysage avec des yeux ébahis.

18h00 avaient à peine sonné que nous prenions déjà possession de nos chambres respectives. Elles étaient au nombre de quatre. Le temps pour nous de sortir nos bagages du bus et nous repartîmes immédiatement chez Gaspard, petit magasin spécialisé dans la location d’équipement de sport d’hiver. Chacun de nous fut gratifié d’un excellent matériel et nous pûmes reprendre la route du VACANCIEL qui nous hébergeait.

Nous passâmes la majeure partie du temps qui nous était imparti avant le dîner à ranger nos affaires et à visiter les chambres de nos camarades. Le dîner fut servi à 20h00. Après un repas on ne peut moins frugal, les professeurs nous annoncèrent une réunion à 21h00 afin de clarifier le déroulement de la semaine.
Nous pûmes ensuite vaquer à nos occupations jusqu’au couvre-feu fixé à 22h00.

LUNDI 7 MARS

Nous nous réveillâmes à 8h00 après une courte nuit. La plupart des optionnaires avaient en effet veillé plus tard que le couvre-feu imposé. Tout le monde avait de petits yeux à la table du petit déjeuner. A 9h00, les skis furent chargés dans le camion et nous nous dirigeâmes vers le télésiège situé au cœur de Arêches.

Une fois les skis chaussés, nous pûmes admirer le massif alpin tandis que le télésiège nous conduisait en bas des pistes. Les monitrices nous y attendaient. Les optionnaires se répartirent en deux groupes, établis au préalable en fonction du niveau de chacun et nous fûmes confiés à nos moniteurs respectifs.

Cette première matinée servit surtout à reprendre des sensations oubliées depuis le dernier stage. Les monitrices purent ainsi jauger nos capacités. A 11h30, nous nous retrouvâmes au bas des pistes et amorçâmes la descente en télésiège qui devait nous conduire devant un succulent repas chaud prévu au VACANCIEL. Chacun échangeait ses premières impressions sur la neige, les pistes, le matériel dans un vacarme qui emplit le réfectoire à notre arrivée.
Après un repas délicieux, nous reprîmes le chemin des pistes toujours divisés en deux groupes. Nous fûmes cette fois-ci confiés à des professeurs de notre établiss
ement pour des séances de perfectionnement sur slaloms, sauts, freinage d’urgence, etc....

Nous constatâmes à notre grand désarroi que le temps passait nettement plus vite que durant les cours au lycée ! C’est ainsi que dès 16h00 notre groupe reprit une fois de plus le chemin du chalet. Après le goûter, nous retraçâmes la piste de luge qui nous avait causé tant d’hématomes l’année passée. Nous constatâmes que l’atterrissage après la bosse que nous avions confectionnée était toujours aussi rude et la neige toujours aussi savoureuse !!!
Après le dîner, chacun rentra dans sa chambre et s’endormit plus ou moins rapidement, des souvenirs mémorables -déjà !- plein la tête...

MARDI 8 MARS

Deuxième réveil en Savoie et déjà, les jambes paraissaient lourdes. Cette matinée suivit le modèle de la précédente si ce n’est que les monitrices l’employèrent à nous faire découvrir de nouvelles pistes. Nous pûmes ainsi constater l’importance du domaine skiable de Arêches. Des séances techniques étaient au programme afin de perfectionner la technique de chacun qui se révéla, pour certains, être du "schuss" !

L’après midi se déroula sous un soleil radieux, qui contribua à illuminer un peu plus notre journée. Le programme fut plus libre, les professeurs nous faisant partiellement confiance quant au choix de la piste à emprunter. Au fur et à mesure, chacun de nous emmagasinait un sérieux bagage technique lui permettant de prendre, s’il était besoin, un peu plus d’assurance. Pourtant, les écarts de niveau se creusaient inexorablement et le partage en groupe était de plus en plus justifié.

A 16h00, nous fûmes contraints de retourner au chalet. Cependant, nous savions qu’une piscine chauffée était présente au sous-sol de l’établissement et elle nous était justement réservée pour cette soirée !!! Nous allâmes donc nous prélasser dans cette eau délicieuse (nous l’avons goûtée pour vous !) en attendant l’heure du dîner.
A 21h00, le rendez-vous hebdomadaire dans la salle de réunion nous appris que la prochaine après midi allait se dérouler de façon différente de celles des autres jours. En effet, nous étions sur le point de fonctionner de manière autonome en binôme. C’est ainsi que chaque élève possédant un niveau moyen en ski fut confié à un élève de bon niveau, de manière à ce que le message concernant la technique de ski passe mieux.

C’est ainsi que la journée s’acheva. Chacun regagna sa chambre et fit de son mieux pour rester silencieux après le couvre feu.

MERCREDI 9 MARS

Après le petit déjeuner, nous nous retrouvâmes devant le bus à 9h00. Les skis avaient passé la nuit dans le local réservé aux élèves prenant des cours avec les moniteurs. Ceci nous fit gagner un temps précieux et dès 9h30, nous étions au bas des pistes, les skis chaussés. Nous retrouvâmes les monitrices et la séance technique pouvait commencer. Elle fut en partie consacrée aux techniques de sauts et la plupart des élèves se retrouvèrent une fois de plus le nez dans la neige. Après cette séance on ne peut moins physique, le repas arriva à point nommé.
Cette après midi servit donc à l’expérimentation de la méthode du binôme. Elle fut dans l’ensemble assez fructueuse, chacun acceptant plus facilement le conseil d’un camarade. Les élèves travaillaient exclusivement leurs points faibles et progressaient donc davantage.

La soirée fut consacrée à la présentation des exposés réalisés par les secondes. Les sujets étaient bien entendu orientés autour du ski (ses origines, ses pratiques, etc...).

Les élèves nous apprirent des choses insoupçonnées et chacun put ensuite vaquer à ses occupations. Les professeurs avaient décidé de réitérer l’expérience des binômes au grand bonheur des élèves.
Une bonne journée de ski en perspective, nous pûmes nous endormir sereinement.

JEUDI 10 MARS

Tout se déroula de façon habituelle ce matin. Nous nous levâmes, les yeux toujours un peu plus petits que la veille. Les monitrices utilisèrent cette matinée à nous préparer aux évaluations qui devaient avoir lieu le lendemain. Slaloms et freinages d’urgence étaient donc au programme. Le temps de référence avait été établi par la monitrice (25 secondes), mais le meilleur d’entre nous ne réalisa qu’un temps de 31 secondes. Tous avides de performances, nous essayâmes tant bien que mal de battre ce temps mais en vain... Tout auréolé de son titre de "meilleur descendeur", Thomas nous ouvrit le chemin qui devait nous conduire au réfectoire.

L’après-midi reprenait le thème de la veille qui consistait en un travail en binôme. Chacun put donc bénéficier de conseils de la part d’un camarade afin d’améliorer sa technique de ski dans l’optique des évaluations. Certains désiraient travailler le freinage d’urgence, d’autres préféraient perfectionner leurs virages coupés. Nous avions la possibilité de circuler librement sur plusieurs pistes de différents niveaux. Les moins à l’aise sur les skis se risquaient à peine sur les pistes bleues tandis que les plus expérimentés allaient se mesurer à la piste rouge non damée dite le Grand Rognoux.

A 16h00 cependant, nous reprîmes le chemin du chalet pressement. En effet, la piscine nous était une fois encore réservée. Chacun sauta dans son maillot de bain et alla donc dépenser le peu d’énergie qui le faisait encore tenir debout dans la piscine dont l’eau nous paraissait brûlante après une journée de ski éreintante.

Inutile de préciser que rares furent ceux qui veillèrent ce soir là mais quelques téméraires eurent tout de même le courage de se mêler à la boom organisée pour les collégiens, et de danser au rythme du son endiablé de Ska-P...

VENDREDI 11 MARS

Les visages étaient légèrement tendus pour ce dernier petit-déjeuner en Savoie. Les évaluations se profilaient et chacun répétait dans sa tête l’attitude du parfait skieur. Certains s’étaient levés de bonne heure dans le but d’évacuer en les mettant à la poubelle la quantité impressionnante de paquets vides de gâteaux qui s’était accumulée en une petite semaine. Nous nous devions, et c’était bien là la moindre des choses, de rendre les chalets aussi propres que nous les avions trouvés. La tâche se révéla cependant assez ardue pour certains d’entre nous mais les résultats furent dans l’ensemble très probants et nous pûmes aborder les évaluations plus sereinement.

La première étape consistait en un slalom (le même que celui réalisé en compagnie des monitrices la veille) sur une piste bleue suivi d’un freinage d’urgence. Les meilleurs d’entre nous furent néanmoins dispensés de cette étape jugée trop facile pour leur niveau. Personne ne fut, à l’issu de cette étape, "écarté" et tout le monde se dirigea vers la seconde étape.

Cette dernière consistait également en un slalom mais sur une piste rouge. Personne ne fut néanmoins exempté et à l’issu de cette étape trois élèves furent écartés du groupe qui se dirigea vers le redoutable Grand Rognoux pour l’étape finale. La consigne était très simple mais difficile à appliquer:il nous fallait skier en maîtrisant notre vitesse, fait rendu compliqué par la poudreuse (la piste n’était en effet pas damée) et la multitude de petites bosses. Ceux qui savaient utiliser la technique de la godille s’en tirèrent néanmoins très bien, les autres se débrouillant tant bien que mal, chutant à nombreuses reprises.

La fin de journée nous laissa malheureusement un goût amer : c’était en effet l’heure du départ !
Après le dîner, nous prîmes la route dans une atmosphère qui contrastait parfaitement avec l’aller. Les optionnaires goûtaient enfin au repos !!! Pas un bruit ne se fit entendre durant tout le trajet excepté durant la courte pause à la porte de Bourgogne. A l’arrivée à Toucy, nous avions tous la mine maussade des fins de vacances... L’école reprenait ses droits !